Équipe du terrain de fouille de Djohong © Zangato

Etienne Zangato examinant des objets

Responsable du Projet
Étienne Zangato

CAMEROUN
ENVIRONNEMENT GÉOGRAPHIQUE
ET ARCHÉOLOGIQUE DE L’ADAMAOUA

Mission archéologique française
du Ministère des Affaires Étrangères

 

Située sur le versant nord de l’Adamaoua,
à environ 90 km au nord de Meïganga, la zone d’étude
de Djohong fait partie de la région de la Mbéré
au Nord-Est du Cameroun

Géographiquement, l’Adamaoua, qu’on retrouve en République Centrafricaine par les plateaux de Bouar-Bocaranga, est partagé dans la région de la Mbéré par une ligne de crête surplombant le versant est de la cuvette de la Mbéré à 1300 mètres d’altitude, marquant ainsi la limite Ouest de la cuvette du Lom, dont les altitudes sont comprises entre 1000 et 1400 m. Sur le plan climatique, la région de la Mbéré a un régime saisonnier tropical de type soudano-guinéen alterné de six mois de saison pluvieuse de juin à novembre et de six mois de saison sèche de décembre à mai avec une moyenne annuelle de précipitation de l’ordre de 1500 mm. Un climat qui permet l’existence d’un paysage en mosaïque faisant alterner des zones de forêt semi décidue en phase d’expansion, avec des savanes incluses.

Cette région d’étude est connue sur le plan archéologique pour sa forte concentration mégalithique qui s’étend sur environ 3900 kilomètres carrés selon un axe Nord-Ouest / Sud-Est, depuis la région de Djohong au Cameroun (Alain Marliac 1976) à la région de Bouar en Centrafrique (Pierre Vidal, 1969, 1982, 1987; Nicolas David, 1982, 1983 Nicolas David et Pierre Vidal 1977 ; Raymond de Bayle des Hermens et Vidal 1971 ; Raymond de Bayle des Hermens, 1975 ; Pierre Vidal, Raymond de Bayle des Hermens et Jean Menard, 1983, E. Zangato 1991, 1999, 2000, 2007). 146 sites constitués de plus 86 monuments mégalithes, 38 sites métallurgiques, 16 sites de village et 6 sites funéraires non mégalithiques ont été recensés.

Bassin du Tchad à l’holocène (ca 6000-2000 cal BC)

L’Âge de la Pierre taillée (Lsa) est daté de 8494-8208 à 7100-7085 avant J.-C. en datation calibrée (2 σ) 

L’Âge de la Pierre au Métal I (Sma I) est daté entre 5397-5395 et 4300-4261 avant J.-C. en datation calibrée (2 σ) 

L’Âge de la Pierre au Métal II (Sma II) est daté entre 2086-2049 et 1776-1407 avant J.-C. en datation calibrée (2 σ)

Et l’Âge du Fer (Sma III), entre 1776-1407 et 1318-978 avant J.-C. en datation calibrée (2 σ)

Fouille au Cameroun © Etienne Zangato

↑ 1. Extrémité Est de l’Adamaoua – ↑2. Site Kora de l’Atelier métallurgique. Aperçue Générale du Plan de fouille © É. Zangato

Terrain de fouille de Djohong © Zangato

Fouille dans un lieu insolite © Etienne Zangato

Le contexte
stratigraphique régional

Élucider certaines conditions de l’enfouissement
des niveaux d’occupation des différents sites de la région
a été l’un de nos principaux objectifs

Les opérations de fouille menées sur ces différentes catégories de sites, ont permis de réunir une importante quantité de vestiges archéologiques constitués de la céramique, des fragments de tuyères, des scories, des objets métalliques associés aux objets lithiques. Une base de données assez diversifiées qui couvrent une longue séquence chronologique du néolithique daté entre CAL BC 8500 et 8000, et d’un âge ancien du fer qui débuterait, entre CAL BC 2500 et CAL BC 2000. Il faut aussi souligner que la richesse des données archéologiques mises en évidence, et plus particulièrement la découverte de l’atelier métallurgique d’Ôboui en 1993 (Zangato, 2007), m’ont permis de recentrer ma réflexion sur l’apparition de la métallurgie du fer vers 2500 ans av J.-C. C’est ce qui a occupé le centre de mes recherches de ces dix dernières années, où, depuis 2003, j’ai élargies dans la région de Djohong au Cameroun par la découverte de 19 autres sites (Zangato, 2007, 2008, 2008, 2019, 2010, 2011, 2012, Zangato et Holl, 2010, (Zangato, Ossima et Ngouoh, 2015).

Ces résultats, qui dans l’état actuel des travaux, apportent une contribution importante à l’analyse des systèmes des groupes sociaux des anciennes communautés de la préhistoire récente et à la question du développement culturel de la région, est étroitement connectée à la problématique de l’apparition de la métallurgie du fer.

 

Découverte d'objet au Cameroun © Etienne Zangato

↑ Site Kora de l’Atelier métallurgique. Structure d’épuration
© Étienne Zangato

Figure 2 : Schéma stratigraphique des différents sites
de l’extrémité Est de l’Adamaoua

+ d’informations ici